top of page

Endométriose

En demande et souffrant très fréquemment de troubles digestifs, il est souvent proposé aux patientes souffrant d'endométriose une alimentation anti-inflammatoire ou une exclusion du gluten malgré les recommandations de la Haute Autorité de Santé.

Certains facteurs nutritionnels peuvent affecter le système immunitaire et jouer un rôle dans l’inflammation systémique chronique mais les études menées montrent des résultats parfois contraires entre les associations de nutriments et l'inflammation démontrant une nouvelle fois que la nutrition est un processus complexe.
 
Sans écarter une éventuelle responsabilité de l’alimentation dans l’inflammation, une récente revue de la littérature[1] permet d’objectiver l’état réel des connaissances.
 
Une alimentation du type méditerranéenne permet de répondre favorablement aux suppositions formulées sur le rôle inflammatoire de l’alimentation avec l’avantage de ne pas exclure de groupes alimentaires.

Pour les patientes souffrant de troubles digestifs associés, un régime d’éviction au gluten est souvent proposé et pourtant à risque de carences nutritionnelles, de perturbations du microbiote intestinal et de troubles de comportement alimentaire.

Une étude américaine de cohorte prospective[2] indique qu’il est peu probable que la consommation de gluten soit un facteur important dans l’étiologie ou la symptomatologie de l’endométriose.
Une autre équipe[3] a étudié l’exclusion du gluten mais sans faire de distinction entre fructanes et gluten, rendant l’analyse caduque.

De plus il a été noté des différences dans la composition du microbiote intestinal chez les patients cœliaque suivant un régime sans gluten impliquant principalement des souches de Lactobacillus et de Bifidobacterium et suggérant des liens de causalité avec la dysbiose[4]-[5] un argument supplémentaire pour ne pas suivre un tel régime à l’aveugle.

Le régime FODMAPs peut être une piste sans exclure d'autres pistes pour les patientes souffrant de troubles digestifs associé à des lésions d’endométriose après avoir exploré les pistes habituelles (déséquilibres alimentaires, vitesse de prise alimentaire…).
Ce régime doit être adapté à chaque patiente et sa mise en place nécessite d’être encadré par un diététicien nutritionniste spécialisé en gastro-entérologie.

[1] Grosso G, Laudisio D, Frias-Toral E, Barrea L, Muscogiuri G, Savastano S, Colao A. Anti-Inflammatory Nutrients and Obesity-Associated Metabolic-Inflammation: State of the Art and Future Direction. Nutrients. 2022 Mar 8;14(6):1137. doi: 10.3390/nu14061137. PMID: 35334794; PMCID: PMC8954840
[2] Schwartz NRM, Afeiche MC, Terry KL, Farland LV, Chavarro JE, Missmer SA, Harris HR. Glycemic Index, Glycemic Load, Fiber, and Gluten Intake and Risk of Laparoscopically Confirmed Endometriosis in Premenopausal Women. J Nutr. 2022 Sep 6;152(9):2088-2096. doi: 10.1093/jn/nxac107. PMID: 35554558; PMCID: PMC9445851
[3] Marziali M, Venza M, Lazzaro S, Lazzaro A, Micossi C, Stolfi VM. Gluten-free diet: a new strategy for management of painful endometriosis related symptoms? Minerva Chir. 2012 Dec;67(6):499-504. PMID: 23334113.

[4] Marciniak, M.; Szymczak-Tomczak, A.; Mahadea, D.; Eder, P.; Dobrowolska, A.; Krela-Kaźmierczak, I. Multidimensional Disadvantages of a Gluten-Free Diet in Celiac Disease: A Narrative Review. Nutrients 2021, 13, 643
[5 Caio, G.; Lungaro, L.; Segata, N.; Guarino, M.; Zoli, G.; Volta, U.; de Giorgio, R. Effect of Gluten-Free Diet on Gut Microbiota Composition in Patients with Celiac Disease and Non-Celiac Gluten/Wheat Sensitivity. Nutrients 2020, 12, 522.

bottom of page